Coronavirus : foire aux questions pour nos patients atteints de cancer et leurs proches

foire questions covid19 cancer

Nous essayons de vous informer le plus régulièrement possible sur le COVID-19 : qu'en est-il de l'organisation au Centre Léon Bérard depuis le déconfinement ? Nous répondons ici aux principales questions de nos patients et de leurs proches, que nous recevons sur le formulaire de contact de notre site, par téléphone ou par messages sur Facebook concernant le coronavirus.

J'ai une suspicion de cancer, un doute par rapport à une douleur inquiétante ou par rapport aux résultats d'analyse biologiques demandés par mon médecin généraliste : est ce que je peux demander un rendez-vous rapidement au Centre Léon Bérard, même dans cette période ?

Si vous avez un signe clinique inquiétant (apparition d’une grosseur, saignements inexpliqués…), vous pouvez contacter le numéro de téléphone dédié 04 78 78 27 27.
Deux professionnels de santé du Centre Léon Bérard, spécialistes de la prise en charge des cancers, répondent et orientent les patients. Ils sont en mesure de proposer une téléconsultation dans un délai rapide avec un cancérologue au Centre Léon Bérard. Le cancérologue définira alors avec ces patients la nécessité d’avoir un examen rapide (scanner, IRM, coloscopie, mammographie, endoscopie…), puis une consultation physique et la mise en route des traitements. L’ensemble des services du Centre Léon Bérard poursuivent en effet leur activité depuis le début de la crise sanitaire. Un tri a été mis en place aux entrées publiques du CLB depuis le 16 mars (avec pour tous les patients et visiteurs lavage des mains, port du masque et prise de température systématique).

Le numéro 04 78 78 27 27 « Rendez-vous rapide » a été mis en place il y a deux ans au Centre Léon Bérard pour orienter les personnes au plus vite selon leur état de santé. Vous pouvez également consulter cette page sur les rendez-vous rapides et utiliser le formulaire de rendez-vous rapide en ligne.

J’ai un rendez-vous programmé au Centre Léon Bérard, quelle est la conduite à tenir ?

Si vous avez les symptômes suivants * (Fièvre : température >38°C, Toux sèche, Difficulté à respirer ou fréquence respiratoire élevée : supérieure à 20 cycles /min, Anosmie : perte de l’odorat ou Agueusie : perte du goût),
ou
Si vous avez eu un prélèvement nasopharyngé positif pour le coronavirus par RT-PCR :

Nous vous remercions d’appeler le secrétariat du médecin ou du service dans lequel vous êtes attendu qui vous indiquera ce que vous devez faire.

Si vous n’avez aucun symptôme, vous pouvez venir au Centre Léon Bérard et vous présenter à l’accueil habituel, un contrôle (désinfection des mains, port du masque et questionnaire*) est en place.

Questionnaire* : 7 questions à répondre par OUI ou NON :

  • Avez-vous, au cours des 15 derniers jours, été en contact rapproché avec une personne malade du COVID 19 ?
  • Avez-vous de la fièvre (température >38°C) ?
  • Avez-vous une toux sèche ?
  • Avez-vous de la difficulté à respirer ?
  • Avez-vous une perte de l’odorat ?
  • Avez-vous une perte du goût ?
  • Avez-vous eu un test positif pour le COVID-19 ?

*source : auto-questionnaire de la Société française d’anesthésie-réanimation (SFAR) :

J’ai peu ou pas de symptômes, mais j’ai été testé positif au coronavirus, puis-je quand même venir au CLB pour poursuivre mon traitement, pour passer mon examen ou pour mon rendez-vous de consultation ?

Cela dépend de votre état clinique, de votre cancer et du traitement ou examen prévu. Dans tous les cas, vous devez impérativement joindre le secrétariat de votre médecin du CLB avant de venir afin qu’une prise en charge adéquate vous soit proposée et que votre éventuelle venue soit bien préparée. Si vous venez sans prévenir, vous risquez de ne pas pouvoir avoir votre traitement ou votre examen faute d’être orienté dans le bon circuit.

Je pense avoir été exposé au Coronavirus COVID-19 et j'ai des symptômes ?

Le gouvernement français a créé un test accessible en ligne. Il comporte 24 questions et vous permet de savoir s'il faut ou non consulter votre médecin traitant. Pour le faire : cliquez-ici

J’ai un rendez-vous de consultation prévu prochainement, comment savoir s'il est bien maintenu ?

Si vous n’avez pas encore reçu d’appel ou de message de la part du secrétariat de votre médecin en charge à ce sujet, merci d’envoyer d’abord un email à votre médecin en charge, sinon d’appeler son secrétariat, afin qu’il vous confirme si le RDV aura lieu en présentiel comme d’habitude, ou en téléconsultation (avec ou sans vidéo). Pour les rendez-vous avec votre médecin oncologue, nous vous remercions de n'appeler que la semaine précédent votre rendez-vous. De nombreux contacts sont disponibles dans l’espace Annuaire de notre site internet.

J'ai des examens radiologiques diagnostic ou suivi (scanner, IRM, échographie, scintigraphie) prévus prochainement, sont-ils maintenus ? Que dois-je faire ?

S’il s’agit d’un examen de surveillance à plus de 6 mois de la fin des traitements, le rendez-vous sera reporté et vous serez recontacté pour cela : vous n’avez pas besoin d’appeler.

S’il s’agit d’un examen d’évaluation diagnostique ou à moins de 6 mois de la fin des traitements : votre médecin en charge décidera de la conduite à tenir. Vous n’avez pas besoin d’appeler. Si vous ne recevez aucun message c’est que votre rendez-vous est maintenu.

 

J’ai été suivi pour un cancer et mon traitement est terminé, je suis sous surveillance régulière uniquement, est-ce que je fais partie des personnes fragiles ?

Non. Les personnes en surveillance de leur cancer ne sont pas considérées plus à risque que d’autres. Les facteurs et pathologies induisant un risque supplémentaire chez ces personnes sont, comme pour toute personne non atteinte de cancer :

  • l’âge de plus de 70 ans,
  • l’insuffisance respiratoire (sous oxygénothérapie à la maison, asthme sévère, mucoviscidose, BPCO),
  • l’insuffisance cardiaque sévère
  • l’insuffisance rénale dialysée,
  • le diabète sous insuline et non équilibré,
  • les maladies ou traitements immunosuppresseurs : VIH non contrôlé / SIDA, greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques
  • les personnes avec obésité morbide (IMC ≥40)
  • les femmes enceintes (par précaution – pas de données scientifiques avérées)

Les personnes atteintes de cancer considérées les plus à risque d'une forme grave de COVID-19 sont celles actuellement sous traitement de chimiothérapie, immunothérapie, immunosuppresseurs ou corticoïdes à haute dose, ou les patients avec un cancer métastatique actif. Pour ces patients à risque, il est important de respecter un confinement chez soi, de limiter les contacts avec les proches et de bien respecter les consignes d’hygiène notamment de lavage des mains.

Qu'en est-il des thérapies ciblées ou autres traitements sous forme orale qui diminuent les globules blancs ? Ne vaut-il pas mieux les interrompre jusqu'à ce que la courbe d’épidémie s'inverse ? En rémission, n'y a-t-il pas plus de risque à prendre son traitement qu'à l’interrompre temporairement ?

La réponse est propre au cas de chaque patient. En effet, nos médecins ont bien conscience des risques liés aux traitements, du risque épidémique COVID-19, mais aussi des risques liés à l’interruption du traitement, notamment sur la progression du cancer. Si votre médecin ne vous a pas demandé d’interrompre votre traitement, c’est qu’il juge le risque lié à l’interruption du traitement plus important que celui lié à la poursuite de celui-ci. Dans tous les cas, un traitement actif contre le cancer est un facteur de risque pour développer une forme plus grave de la maladie COVID 19, donc nous encourageons nos patients sous traitement actif de leur cancer à redoubler de vigilance et à appliquer strictement les précautions de confinement et d’hygiène en ce moment.

Je suis suivi pour un cancer avec un traitement oral en cours, que dois-je faire ?

Votre médecin continuera d’assurer votre suivi. Soit par téléconsultations (vidéo ou téléphone), soit vous demandera de venir au CLB s’il le juge nécessaire (en cas de nouveaux symptômes , effets secondaires nécessitant une évaluation physique). 

Je veux rendre visite à un proche hospitalisé, est-ce autorisé ?

OUI. Depuis le vendredi 3 juillet, les visites sont de nouveau autorisées, dans la limite de 2 personnes par visite. Attention en hématologie, des règles spécifiques sont en vigueur, même en dehors de la crise sanitaire actuelle. Renseignez-vous auprès du médecin ou des soignants du service pour connaître les consignes.

Je dois passer un examen, venir en consultation, suivre ma chimiothérapie en hôpital de jour ou suivre mon traitement en radiothérapie, puis-je être accompagné ?

NON. Pour garantir la distanciation nécessaire dans nos espaces d'attente, les accompagnants ne sont pas autorisés, sauf pour les personnes handicapées, les mineurs ou les personnes ayant du mal à comprendre la langue. Le médecin peut également autorisé un accompagnant s'il le juge nécessaire.

Je dois accompagner mon mari/ ma femme pour une intervention en ambulatoire, le relais H était ouvert ? Y a t-il un autre espace pour attendre ?

NON. Malgré le déconfinement, et à ce jour, le Relais H reste fermé. Le seul espace d’attente prévu pour les personnes accompagnantes se situe devant le Centre Léon Bérard sous le auvent.

 

Vous avez d'autres questions ? Merci de nous contacter directement pour être accompagné par une équipe du Centre Léon Bérard.

Pour en savoir plus sur le Covid-19

Vous avez des questions sur les précautions d’hygiène, le virus, l’épidémiologie de l’infection et les derniers chiffres français ? Nous vous invitons à consulter le site du ministère pour en savoir plus

  • filtrage à l'accueil 1

    Précautions COVID-19 CORONAVIRUS : vous informer au Centre Léon Bérard

    Vous trouvez dans cette page les principales mesures prises au Centre Léon Bérard afin de limiter la propagation du virus et protéger nos patients.

    Lire l'article
  • covid19

    Urgence COVID-19 : nous soutenir

    Face à l'urgence sanitaire, le Centre Léon Bérard lance un appel aux dons. Vous aussi, vous pouvez agir pour le Centre Léon Bérard.

    Lire l'article