S'informer sur l'alcool

alcool

Pour la première fois, le Centre Léon Bérard se mobilise à l'occasion du Dry January (#LeDéfiDeJanvier en France) et informe sur les liens qui existent entre alcool et cancers. 

Alors que de plus en plus de français se lancent dans le défi d'arrêter leur consommation d'alcool pendant le mois de janvier, il est important de rappeler le caractère cancérigène de l'alcool, souvent nié ou méconnu. 

La consommation annuelle d'alcool en France était estimée à 11,7 litres d'alcool pur par habitant de plus de 15 ans en 2017, soit environ 2,5 verres de 10 g d'alcool pur par jour et par habitant. Cette consommation reste à un niveau élevé et relativement stable par rapport aux années précédentes.

L'alcool est responsable de 28 000 nouveaux cas de cancers par an et représente la deuxième cause évitable de mortalité par cancer. Il est classé cancérigène pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) depuis 1988.

En effet, l’éthanol contenu dans les boissons alcoolisées est transformé dans l’organisme en composés favorisant le développement de cancers.

Une consommation excessive d'alcool augmente le risque de développer un cancer du sein (plus de 8 000 cas par an sont liés à l'alcool), mais aussi celui du côlon et du rectum, du larynx, du foie,... 

Les recommandations pour réduire les risques

Santé Publique France recommande de limiter sa consommation d'alcool à deux verres par jour maximum et de ne pas consommer d’alcool tous les jours. Il est conseillé d'avoir des jours dans la semaine sans consommation.

Quel que soit le type d'alcool consommé, les verres standards (doses généralement servies par les professionnels, bars et restaurants) contiennent la même quantité d'alcool pur : un verre de vin aura le même effet cancérigène qu'un verre d'alcool fort (voir ci-dessous).

Webinaire "Alcool et cancers : s'informer pour agir"

Des professionnels du CLB animeront un temps d'échanges le jeudi 27 janvier à 18h.

alcool

Le saviez-vous ?

  • 1 personne sur 10 boit de l’alcool tous les jours en France.
  • En médecine générale : 84% des patients ayant un problème d’alcool ne consultent pas pour ce motif.
  • Près d’un adulte sur deux consomme de l’alcool au moins une fois par semaine et 10 % chaque jour, en particulier parmi les plus de 50 ans.
  • Les plus jeunes consomment moins régulièrement mais de façon plus excessive et ponctuelle, avec des épisodes d’ivresse ("binge drinking"). En 2017, près de 20 % des 18-24 ans avaient connu des ivresses régulières (au moins 10 au cours des 12 derniers mois).