Semaine Européenne de la Vaccination : informer et mobiliser contre les HPV

adolescents

Le Centre Léon Bérard et la Région Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent à l’occasion de la Semaine Européenne de la Vaccination qui s'est déroulée du 25 avril au 1er mai. Dorénavant, chaque année, l’accent sera mis sur l’importance de la vaccination contre les Papillomavirus Humains, aussi appelés HPV, qui permet de réduire considérablement les risques de cancer sur le long terme. 

En France, la vaccination contre les HPV est recommandée pour les filles et les garçons âgés de 11 à 14 ans, avec une possibilité de rattrapage de 15 à 19 ans. La vaccination a été étendue aux garçons récemment, le 1er janvier 2021. 

La couverture vaccinale contre les HPV chez les jeunes Français reste faible. Seulement 32,7% des filles âgées de 16 ans ont un schéma complet (Bulletin de santé publique, mai 2021), chiffre bien inférieur à l'objectif de la Stratégie nationale de santé sexuelle 2017-2030 et du Plan cancer 2021-2030 : 60 % de couverture vaccinale contre les HPV chez les jeunes âgés entre 11 et 19 ans en 2023, 80 % d’ici 2030. Il est donc indispensable d’informer sur les conséquences sur la santé en cas d’infection aux Papillomavirus Humains et de rappeler qu’un vaccin efficace existe pour lutter contre cette infection. La protection contre les HPV est proche de 100% grâce au vaccin.
 

Les HPV : des virus très présents sur lesquels on peut agir

8 personnes sur 10 seront exposées aux Papillomavirus Humains au moins une fois dans leur vie. Les HPV sont très contagieux et se transmettent par contact avec la peau et les muqueuses, souvent lors des rapports sexuels. C’est donc une infection sexuellement transmissible (IST). Dans la plupart des cas, l’infection ne provoque aucun symptôme et le virus s’élimine spontanément, mais dans 10% des cas, il persiste et peut provoquer un cancer (col de l’utérus, anus, bouche, gorge …).
 
Il est important de rappeler que le préservatif ne protège pas à 100% contre une infection à HPV mais reste primordial dans la lutte contre d’autres IST. 

Comment s'en protéger ?

La vaccination anti-HPV est efficace toute la vie et est recommandée pour les filles et les garçons, entre 11 et 14 ans. Tout le monde est égal vis-à-vis du vaccin.

Un rattrapage est possible pour tous les jeunes de 15 à 19 ans ainsi que pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu’à 26 ans. Le médecin généraliste, une sage-femme ou encore un pédiatre sont habilités à réaliser ce vaccin. Il est également possible de se faire vacciner dans un centre de dépistage gratuit, un centre de santé ou un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF). 
A noter que le dépistage du cancer du col de l’utérus par frottis reste indispensable chez la femme à partir de 25 ans. 

Une campagne de communication à destination des jeunes

A destination des jeunes de la région Auvergne-Rhône-Alpes en âge d’être vaccinés contre les HPV, et particulièrement des détenteurs du Pass’Région âgés de 15 à 19 ans, la campagne intitulée « #VACCINATION & #HPV » sur les réseaux sociaux poursuit deux objectifs principaux : 

  • Augmenter les connaissances des jeunes sur les virus HPV : risques d’infection, transmission, protection, risques de cancer.
  • Inciter les jeunes à se vacciner contre les HPV : vaccination pour les filles et les garçons, recommandée entre 11 et 14 ans avec un rattrapage possible de 15 à 19 ans.

Le principal message de la campagne à retenir : «  Fille ou Garçon : l'exposition aux Papillomavirus (HPV) concerne tout le monde et le vaccin aussi. Entre 11 et 19 ans : Le meilleur moyen de se protéger contre les HPV, c'est de se vacciner ! ».
La campagne, réalisée par le Centre Léon Bérard avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, sera diffusée en simultané sur les comptes Instagram @centreleonberard et @passregion, du 25 avril au 5 mai 2022.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a récemment adopté un plan santé ambitieux, dont l’un des axes concerne la sensibilisation à la vaccination contre les HPV. Ce principal sujet de prévention sera décliné tout au long du mandat par des actions de communication et de sensibilisation. La Région agira par la mobilisation et la coordination de tous les acteurs et par la mise en place de campagnes annuelles d'information et de sensibilisation en direction des jeunes et de leurs parents, et plus particulièrement du public des lycéens utilisant le Pass’Région.

« La lutte contre les papillomavirus humains est l’un des éléments fondamentaux du Plan Santé présenté par Laurent Wauquiez, en mars dernier, afin de protéger notre santé de proximité. Encore trop peu connus de la population, les papillomavirus humains sont responsables de 8 cancers qui pourraient être évités grâce au vaccin. C’est pourquoi la Région Auvergne-Rhône-Alpes lance en lien avec le Centre Léon Bérard, la campagne "#VACCINATION & #HPV", qui permettra de rappeler que les papillomavirus humains ne concernent pas seulement les jeunes femmes… Il s’agit de sensibiliser les jeunes hommes et les jeunes femmes, à la nécessité de se faire vacciner » explique Laurence Fautra, vice-présidente de la Région déléguée à la santé.


 

Pour en savoir plus sur les HPV et les autres facteurs de risque de cancer

La vaccination est l'une des 12 recommandations de prévention et de lutte contre les cancers. 
Pour aller plus loin, l’exposition « Prendre soin de soi et prévenir les risques de cancer » sensibilise le grand public avec 12 visuels sur les principaux risques comme l’alcool, le tabac, l’alimentation, la sédentarité, le soleil, la pollution... et permet de tester ses connaissances sur les actions bénéfiques pour la santé au quotidien. Ludique, interactive et co-créée par les jeunes, avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et en partenariat avec la Ligue contre le cancer, elle est accessible en ligne via un site web dédié sécurisé : https://www.expo-prendresoindesoi.fr
 

  • rousset-jablonski

    Cancers et vaccin contre le papillomavirus pour les garçons : le Dr Rousset Jablonski répond aux questions

    La vaccination contre le papillomavirus humain (ou HPV) a récemment été élargie aux jeunes garçons. L'occasion de demander au Dr Rousset-Jablonski, de répondre à quelques-unes de nos questions.

    Lire l'article