Une étude sur la fatigue visuelle des soignants au bloc opératoire

bloc

Le Dr Patrice Peyrat, chirurgien au Centre Léon Bérard a mené une étude sur l’impact de la lumière des salles d’intervention sur la fatigue visuelle. Ce travail a été mené avec la société Getinge et l’école d’orthoptie de l’université Claude Bernard Lyon 1.

Le bien-être et la santé des soignants font aussi l’objet d’études. Le Centre Léon Bérard (CLB) qui inclut chaque année plus de 18% de patients dans des essais cliniques visant à améliorer la prise en charge du cancer, du diagnostic aux stratégies thérapeutiques, mène aussi des recherches sur les conditions de travail de ses salariés. Le Dr Patrice Peyrat, chirurgien au CLB, vient en effet de finaliser un travail de recherche sur la fatigue visuelle au bloc opératoire, travail mené en collaboration avec la société Getinge. Objectif : améliorer les conditions de travail des professionnels de santé.

L’étude a été réalisée auprès de 12 collaborateurs, 7 chirurgiens et 5 infirmiers. 40 observations ont été conduites.

Cette étude, initiée en 2015, est d’abord un travail collaboratif mené avec la société suédoise Getinge, dont la filiale Maquet a installé en 2013 le bloc du centre de lutte contre le cancer de Lyon, utilisant les dernières technologies et qui reste 6 ans après son ouverture l’un des plus modernes d’Europe.

« Le point de départ est la rencontre avec Jean-Pierre Breysse, directeur de la recherche et de la stratégie pour Maquet, sur un projet autour de la fluorescence. Ceci a permis de développer une relation de confiance et amicale et de réfléchir à d’autres projets de recherche », explique le Dr Peyrat.
 

Quels sont les impacts des éclairages intenses utilisés dans les salles d’opération sur la fatigue visuelle des chirurgiens et équipes travaillant dans les blocs ? La luminosité des écrans, la lumière bleue, l’intensité des néons… peuvent non seulement entrainer une fatigue visuelle, mais aussi en cascade des troubles de la vision, voire des troubles musculosquelettiques. Il était donc intéressant de se pencher sur les effets des éclairages utilisés en chirurgie sur les professionnels de santé qui prennent en charge des patients dans ces salles d’opération, souvent pendant de longues durées.

« Améliorer les conditions de travail dans les blocs opératoires »

L’étude, menée par le Département de chirurgie et l’unité de biostatistiques de la Direction de la recherche clinique et de l’innovation du Centre Léon Bérard, a également associé l’école d’orthoptie de l’Institut des sciences et techniques de réadaptation de l’Université Claude Bernard Lyon 1et la société Getinge. Ses conclusions permettent d’envisager des améliorations à apporter aux éclairages utilisés en chirurgie et également de donner des conseils aux professionnels de santé qui travaillent dans ces salles.

Quatre questions au Docteur Patrice Peyrat

Chirurgien et pilote de la rénovation du bloc opératoire du Centre Léon Bérard, à l’origine de cette étude

Pourquoi avoir initiée une cette étude ?

Le point de départ est la rencontre avec Jean-Pierre Breysse (Directeur de la recherche et de la stratégie chez Getinge) sur un projet autour de la fluorescence. Ceci a permis de développer une relation de confiance et amicale, et de réfléchir à d’autres projets de recherche.
Un autre élément facilitateur a été la construction d’un nouveau bloc au Centre Léon Bérard et le choix de retenir Maquet comme équipementier de ce bloc. Nous avons aujourd’hui un bloc opératoire de 10 salles entièrement équipées Maquet et ceci a permis de poursuivre et développer notre collaboration.

C’est ainsi que naturellement Jean-Pierre Breysse nous a proposé d’évaluer certaines fonctions des éclairages opératoires fabriqués par Maquet. Les premières discussions ont débuté en 2015. Rapidement nous avons fait le constat qu’il nous fallait d’abord appréhender la notion de fatigue visuelle. 

Il était en effet nécessaire de définir la fatigue visuelle, de savoir comment l’évaluer et enfin essayer de montrer l’impact défavorable de l’éclairage opératoire sur cette fatigue.

Pouvez-vous nous expliquer les différentes étapes de l’étude ?

Une étude de faisabilité a été réalisée en 2015 en essayant de chercher quels tests pouvaient évaluer la fatigue visuelle. Nos connaissances sur cette thématique étaient limitées et nous avons souhaité faire intervenir des « professionnels » de la vision.
Nous avons alors pris contact avec l’école d’orthoptie de Lyon (Université Claude Bernard Lyon 1). Des étudiants orthoptistes encadrés par leur directrice ont apporté leur réflexion et leurs connaissances durant 3 années avec la réalisation d‘un mémoire de fin d’études pour les étudiants concernés de 2016 à 2018. J’étais de mon côté leur maître de stage durant ces 3 années.
La 1ère étape réalisée en 2016 permettait de structurer les conditions de réalisation des tests et d’évaluer leur pertinence : évaluation de la fonction visuelle pour chaque intervenant, réalisation de tests au bloc opératoire avant et après une intervention chirurgicale d’une durée d’au moins 3 heures, par laparotomie.


La 2e étape (2017) réalisée dans les mêmes conditions semblait retrouver une différence avant et après une intervention chirurgicale pour 3 tests (mesure de la phorie par aile de Maddox, mesure de l’amplitude de fusion et mesure du Punctum Proximum).


La 3e étape réalisée en 2018 utilisait globalement les mêmes tests avec une amélioration de la mesure du Punctum Proximum. Pour cette 3e étape, le plan et l’analyse statistique ont également été structurés et réalisés avec l’aide du bureau d’études cliniques du CLB. Nous avons également conduit les tests avec 3 niveaux d’intensité lumineuse (faible, moyenne et forte). L’étude a été réalisée avec l’éclairage PowerLed et a concerné 12 collègues du bloc, 7 chirurgiens et 5 infirmiers.

Quels sont les conseils que vous pouvez aujourd’hui prodiguer aux utilisateurs d’éclairages opératoires à l’issue de cette étude ?

Nous pouvons faire 3 propositions pour diminuer l’impact de la lumière sur la fatigue visuelle et donc la fatigue en général :

  • Eviter les contrastes forts entre le champ opératoire et l’ambiance lumineuse de la salle. Il faut donc maintenir une ambiance lumineuse significative, favoriser la lumière naturelle et éviter d’opérer avec une salle dans la pénombre.
  • Eviter de focaliser trop fortement la tache lumineuse lorsque cette fonction est présente sur l’éclairage.
  • Débuter l’intervention avec un éclairement le plus faible intensité possible et augmenter de façon très progressive lorsque le champ est plus profond ou plus sombre. Il faut être attentif également lorsque l’on dispose de 2 éclairages opératoires de ne pas surexposer le champ opératoire puisque les niveaux d’éclairement s’additionnent entre les 2 éclairages.

Quelles sont les prochaines étapes à mettre en œuvre selon vous ?

Ce travail a permis de mettre en évidence une plus grande fatigue visuelle sous éclairage opératoire. Il a permis également de faire des propositions sur la gestion de l’éclairage (éclairage opératoire et ambiance lumineuse de la salle) dans une salle d’intervention.
Aller plus loin dans l’évaluation d’une fonction de l’éclairage opératoire est cependant plus difficile à mettre en place. En effet :

  • le critère de jugement doit être composite car la notion de fatigue visuelle est complexe ;
  • le nombre d’observations serait nécessairement important ;
  • les biais de confusion seraient importants.

Les améliorations apportées aux nouveaux éclairages opératoires (utilisation de LED, encombrement, fonction de contrôle de la luminance -quantité de lumière qui revient à l’œil-, éclairage de confort) sont importantes et vont dans le sens de ce que nous avons montré dans cette étude.
La thématique ambiance lumineuse dans la salle n’est pas à négliger avec un apport certain de l’éclairage naturel et des éclairages LED de couleur.

Quelques pistes futuristes pourraient également être discutées :

  • l’éclairage in situ pour les interventions cavitaires,
  • le déplacement automatisé de l’éclairage opératoire,
  • la projection sur champ depuis l’éclairage…