La reconstruction mammaire

Dr DAMMACCO Delia a rédigé ce contenu
Sénologie
Chirurgie cancérologique
Chirurgie reconstructrice

La reconstruction mammaire est un choix de la patiente. Que ce soit concernant sa réalisation ou la technique utilisée.

La reconstruction mammaire peut être réalisée de façon immédiate, c’est-à-dire en même temps que l’ablation du sein, ou de façon différée à distance des traitements adjuvants de chimiothérapie et radiothérapie. La reconstruction ne doit pas interférer avec le bon déroulement des traitements anti-cancéreux, mais fait partie intégrante du parcours de soin d'un cancer du sein.

Cette opération est destinée aux patientes souhaitant reconstruire leur sein mais également à celles souhaitant améliorer l’apparence de leur cicatrice de mastectomie et permet de reconstruire la plaque aréolo-mamelonnaire.

Les experts de la reconstruction mammaire, faisant partie de l'équipe de séno-plastie, au Centre Léon Bérard

Le Dr Dammacco, le Dr Delay, le Dr Frobert, le Dr Perez et le Dr Vaucher en tant que chirurgiens plasticiens ainsi que le Dr Faure, le Dr Heinemann, le Dr Klingler, le Dr Mesdag et le Dr Rossi en tant que sénologues.

Il existe deux grandes familles de reconstruction mammaire :

Les reconstructions autologues c’est-à-dire avec les propres les propres tissus du patient, et les reconstructions prothétiques, avec des prothèses. Dans ce deuxième cas, le volume sera donc donné par un corps étranger en silicone.

Les types de reconstructions mammaires autologues (par lambeau) réalisées au Centre Léon Bérard :

  • Lipomodelage ou lipofilling* : technique consistant à transférer de la graisse d’une région donneuse du corps (cuisse, culotte de cheval, flancs...) vers la zone à reconstruire (sein).
  • Le lambeau abdominal (DIEP) : technique consistant à retirer un lambeau de peau avec du gras sur le bas du ventre pour reconstruire le sein.
  • Le lambeau dorsal : technique consistant à prélever un lambeau au départ des tissus musculaires dorsaux pour reconstruire le sein. Il peut être prélevé de façon minimale (MSLD) ou selon la technique à cicatrice courte de lambeau grand dorsal.
  • Les techniques PAP et gracilis : deux techniques utilisant les tissus autologues de la face interne de cuisse pour effectuer une reconstruction mammaire.

Les types de reconstructions prothétiques** réalisées au Centre Léon Bérard :

  • Pose de prothèses pré-pectorales (devant le muscle pectoral)
  • Pose de prothèses retro-pectoral (derrière le muscle pectoral)

**Dans certains cas de figure, le chirurgien va parfois vous proposer la pose d’une prothèse d’expansion qui est temporaire et gonflable. Le chirurgien y injectera de l’eau stérile progressivement à travers la peau. Le but étant d’étirer et recruter de la peau localement afin de gagner en volume. Cette prothèse sera ensuite retirée et remplacée par une prothèse définitive.

Après la reconstruction du volume du sein il est aussi possible la reconstruction de la plaque aréolo mamelonnaire. Il existe là aussi différentes techniques :

  • En ce qui concerne l’aréole : la reconstruction peut être faite par greffe totale d’une peau pigmentée provenant du pli inguinal (face interne de la cuisse) ou par tatouage médical, appelé aussi dermo-pigmentation. Il existe aussi la réalisation de tatouages artistiques, en trompe l’œil. Ils ne seront pas effectués au CLB mais chez des tatoueurs professionnels.
  • En ce qui concerne le mamelon : il est possible de réaliser une greffe contre latérale, une transposition de lobe auriculaire ou le prélèvement d’un lambeau local.

LE CHOIX DE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

Le choix de recourir à la reconstruction mammaire est personnel, chaque patiente doit pouvoir le faire en connaissance de cause avec une information de qualité et le soutien dont elle a besoin.

L’objectif de cette prise en charge étant d’améliorer la qualité de vie des patientes, il est nécessaire de l’aborder dans les meilleures conditions physiques et psychologiques possibles. C’est pourquoi le CLB propose, tous les soins de supports qui permettent une prise en charge globale des patientes par l'équipe HJ8 (Activité Sportive Adaptée / Psychologie / Tabacologie / Suivi Nutritionnel …) ainsi qu’un large panel de techniques de reconstructions. La reconstruction mammaire nécessite dans la plupart des cas plusieurs chirurgies échelonnées dans le temps, le protocole doit donc être adapté en fonction du planning personnel et professionnel de chaque patiente afin de rester une démarche positive.

Les reconstructions mammaires observent généralement plusieurs étapes, qui sont :

  • 1ere étape : appelée temps principal de reconstruction, cette étape consiste à la réalisation ainsi qu’à la pose du lambeau ou du type de prothèse choisis.
  • 2eme étape : c’est le moment où aura lieu la « symétrisation » par lipofilling* . Cette étape à pour utilité de combler les défauts de volume et harmoniser la poitrine. Elle est souvent associée à une réduction du sein controlatéral.
  • 3eme étape : une troisième étape est parfois nécessaire afin de reconstruire le mamelon ou réaméliorer la forme des seins si besoin.

Les interventions chirurgicales complémentaires sont pratiquées avec un délai de 6 à 12 semaines.

* cette technique peut être utilisée en tant que technique complémentaire. C'est ce qui se passe pour la plupart du temps lors des autres interventions. Lorsqu'elle est utilisée de façon exclusive pour reconstruire le sein en entier, elle nécessitera 4 à 5 temps d’injection.

  • Les questions sur la reconstruction mammaire Les réponses du Dr Dammacco
    • Combien de temps dure le protocole de reconstruction ?

      La reconstruction se fait de 2 à 3 à étapes selon le protocole choisi. Ces interventions sont espacées de 2 à 6 mois maximum. Le total sera donc compris entre 6 à 18 mois.

  • Les questions sur la reconstruction mammaire Les réponses du Dr Dammacco
    • Quand est ce que l’on peut commencer sa reconstruction différée ?

      Entre 6 et 18 mois de la fin de radiothérapie, donc en moyenne 12 mois après les rayons. Il est nécessaire de donner le temps à la peau de récupérer. Pour la chimiothérapie, on attend en général 6 mois.

  • Les questions sur la reconstruction mammaire Les réponses du Dr Dammacco
    • Est-ce que l’autre sein va devoir être modifié ?

      Après la reconstruction, il peut exister une différence de volume chez le sein « sain », afin d’harmoniser la poitrine, on propose au cours de la 2eme étape de la reconstruction de réduire ou remonter ce sein, c’est l’opération de symétrisation.

  • Les questions sur la reconstruction mammaire Les réponses du Dr Dammacco
    • Doit-on changer une prothèse mammaire au cours du temps ?

      Oui, tous les 10 ans. Cela reste pris en charge dans le cadre du parcours de soin du cancer du sein.

  • Les questions sur la reconstruction mammaire Les réponses du Dr Dammacco
    • Que dois-je faire avant ou après la reconstruction mammaire ?

      Il est fortement conseillé d’arrêter de fumer au moins 6 semaines avant la chirurgie afin d’éviter un retard de cicatrisation. Une perte de poids peut être aussi conseillée, pour cela une prise en charge au CLB de l’équipe diététique peut vous être proposée. Après l’opération, il pourra vous être demandé de porter un vêtement de contention (soutien-gorge ou ceinture abdominale pour DIEP)

  • Dr Mesdag et Dr Frobert
    10 mai

    Reconstruction mammaire & cancer du sein : nos experts répondent à vos questions

    Suite à notre webinaire consacré à la reconstruction mammaire et au cancer du sein du mardi 13 avril dernier, nous avons reçu de nombreuses interrogations auxquelles nous n'avons pas pu répondre. Dans ce cadre, le Dr Mesdag, chirurgien sénologue au CLB et le Dr Frobert, chirurgien plasticien au CLB répondent à toutes vos questions dans cet article. Rencontres.

    Lire l'article
  • Que choisir ?

    Il n’y a pas de mauvaise ou bonne technique pour reconstruire un sein mais plutôt une meilleure indication opératoire. Le choix sera fait en fonction des attentes du patient mais également selon sa morphologie et ses antécédents.