Les différents types de cancer du sein

Il existe ensuite plusieurs sous catégories qui sont :

  • Le cancer du sein hormonodépendant
  • Le cancer du sein triple négatif
  • Le cancer du sein HER2 surexprimé
  • Le cancer du sein métastatique
  • Le cancer du sein chez les personnes âgées
  • Le cancer du sein : carcinome in situ

Le cancer du sein hormonodépendant

Le cancer du sein hormonodépendant est un cancer du sein exprimant des récepteurs aux hormones suivantes : les œstrogènes et souvent la progestérone. C’est le type de cancer du sein le plus fréquent, il en représente environ 80% de l'ensemble des cancers du sein et a le meilleur pronostic.

Le traitement comportera un temps chirurgical qui pourra être suivi d’une chimiothérapie et /ou d’une radiothérapie et d’une hormonothérapie. L’hormonothérapie est généralement recommandée en fin de traitement et a une durée moyenne de 5 ans. Elle se caractérise par la prise d’un comprimée quotidien.

  • Pour les patientes non ménopausées : le traitement administré est le tamoxifene. Il est destiné aux patientes non ménopausées. Chez ces patientes jeunes il est recommandé une contraception efficace car il existe des risques pour une grossesse. En cas de désir de grossesse pendant le traitement celui-ci devra être arrêté plusieurs mois avant le début de la grossesse. Cet arrêt se fait toujours après une discussion avec l’oncologue de la patiente.
  • Pour les patientes ménopausées : le traitement donné sera de la famille des anti aromatases.

Les traitements d’hormonothérapie administrés pour les cancers du sein hormonodépendants peuvent compter quelques effets secondaires se caractérisant par des douleurs osseuses et des articulations ainsi que des bouffées de chaleur. L’activité physique modérée et adaptée et la meilleure solution pour contrecarrer ces effets. Chez les patientes ménopausées, le traitement par anti-aromatases peut également créer un risque d’ostéoporose. Une ostéo densitométrie est prescrite en début de traitement. Pour les prises de tamoxifene, un suivi gynécologique régulier est aussi mis en place car il augmente très faiblement le risque de cancer de l’utérus. De plus, il montre aussi de faibles risques de thrombose donc il est contre indiqué chez les patients avec antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire.

Des injections de blocage ovarien transitoire peuvent être une alternative au traitement chez les patientes jeunes.

Dans ces cancers hormonodépendants, il existe des cancers plus agressifs que d’autres.

Pour cette seconde catégorie, il y a plus souvent une indication de chimiothérapie. Des tests génomiques peuvent être réalisés sur la tumeur pour déterminer de façon personnalisée l’indication ou non de chimiothérapie. Le Centre Bérard est équipé pour réaliser ces tests et ils sont réalisés en routine pour déterminer au plus juste l’indication de chimiothérapie.

  • APA-site-web
    20 mar

    Des exercices d'activité physique adaptée pour vous accompagner !

    Pour garder la forme chez soi et en toute sécurité, nous vous proposons différents exercices illustrés en collaboration avec nos experts enseignants en Activité Physique Adaptée, pour nos patients atteints d'un cancer mais également leurs proches.

    Lire l'article

Triple négatif

Le cancer du sein triple négatif est un cancer n’ayant pas de récepteurs aux hormones comme le cancer hormonodépendant. De plus il ne sur exprime par de récepteur HER2 ce qui fait qu’il est qualifié de triple négatif. Ils apparaissent plus chez la femme jeune et il est plus souvent retrouvé chez les patientes avec une prédisposition génétique.

Si son apparition se fait avant 60 ans, une consultation d’oncogénétique vous sera systématiquement proposée.

Le traitement de cancer comprend toujours de la chirurgie et quasi-systématiquement de la chimiothérapie. Celle-ci est généralement proposée avant l’intervention (c’est une chimiothérapie néo-adjuvante). Cela permet en effet, au moment de l’opération et lorsque la tumeur aura été analysée en anatomopathologie de définir si la chimiothérapie a été suffisamment efficace et d’effectuer si besoin des traitements de rattrapages. Dans cette situation, le traitement par hormonothérapie ne présente pas d’intérêt.

Il reste un cancer du sein relativement rare car représente environ 10% des cas.

Il est néanmoins un cancer qui accuse d'un manque de solutions thérapeutiques pour une partie des patientes, qui se sont mobilisées dans un collectif.

 

  • cancer du sein femme jeune ensemble

    3 questions au Dr Delphine Mouttet sur les cancers du sein chez la femme jeune

    A l'occasion d'Octobre Rose, nous sommes allés à la rencontre de Delphine Mouttet, chirurgienne sénologue au Centre Léon Bérard sur les cancers du sein touchant les femmes jeunes.

    Lire l'article

Les cancers HER2 surexprimé

Le cancer HER2 surexprimé est un cancer du sein qui présente à la surface de ses cellules à un nombre important de récepteurs à la protéine HER2. C’est un cancer plus agressif mais pour lequel l’immunothérapie constitue un traitement très efficace. Ce type de cancer représente en moyenne 12 à 20% des cancers du sein.

Avec traitement bien conduit, le pronostic de ce cancer est bon. Il existe plusieurs thérapies ciblées pouvant donner de bonnes réponses même à un stade métastatique. Le nom du traitement utilisé initialement est le trastuzumab, il doit toujours s’accompagner d’une chimiothérapie au début du traitement. Le trastuzumab est réalisé par injection intraveineuse ou sous cutanée toutes les 3 semaines à l’hôpital et dure un an.

Cancer du sein métastatique

Les métastases peuvent se développer dans tous les types de cancers du sein.

Les métastases sont des cellules du cancer qui vont migrer et venir se développer sur un autre organe créant ainsi une lésion secondaire. Aujourd’hui, dans la plupart des cancers du sein métastatiques il est possible de soigner la maladie de manière efficace grâce aux nombreuses armes thérapeutiques disponibles.

Pour les cancers du sein, les métastases les plus fréquentes sont celles des os, du foie, du poumon, du cerveau et des ganglions.

Les métastases peuvent être découvertes au moment diagnostic de la maladie mais cela est rare. Généralement, elles se développent avec le temps et apparaissaient secondairement, après la découverte du premier cancer.

Un traitement optimal diminue le risque d’apparition de métastases.

Les soins de supports proposés au Centre Léon Bérard permettent le plus souvent de conserver une bonne qualité de vie tout au long des traitements.

  • ABLE02
    24 juin

    Cancer du sein métastatique : une nouvelle étude ABLE02 sur l'activité physique

    L’étude ABLE02 vise à montrer les effets de l’activité physique auprès de femmes avec un cancer du sein métastatique. Cette nouvelle étude démarre et s’ouvre aux inclusions de patientes dès aujourd’hui dans un premier temps au Centre Léon Bérard puis progressivement dans d’autres établissements français. Les patientes pourront suivre un programme d’activité physique adaptée à distance à l’aide d’une montre connectée et d’une application. Lidia Delrieu, chercheuse, nous explique comment va fonctionner cette étude et les espoirs qui pourraient en découler.

    Lire l'article
  • assistantes sociales centre léon bérard

    Découvrir le service social au sein des soins de support

    Lorsque le cancer survient, le bouleversement est entier et il est parfois bien difficile de concilier traitements et vie quotidienne. Démarches administratives, vie professionnelle, aide dans la gestion de la vie quotidienne, écoute : l’accompagnement peut aussi se faire sur ces sujets avec l’aide du service social.

    Lire l'article

Cancer du sein personnes âgées

Au Centre Léon Bérard, il existe un service d’oncogériatrie, c’est un dire un service destiné à tous les patients âgés, quel que soit le type de leur cancer. En effet, l’âge n’induit pas de sous traitement.

Au sein de ce service la prise en charge sera optimale et chaque thérapeutique sera aussi adaptée à l’âge, le type de cancer et discutée avec les patients et sa famille. Le cancer du sein chez les personnes âgées se développent souvent de façon plus lente et n’est pas plus agressif que pour les autres tranches d’âges.

Si l’état de santé du patient pris en charge le permet, une chirurgie sera menée. Si cela est impossible car le patient est trop fragile des alternatives thérapeutiques existent comme une hormothérapie seule.

  • Séniors

    Séniors : Il n’y a pas d’âge pour être vigilant face au cancer

    4 questions au Dr Catherine Terret, oncologue médicale, responsable du Programme d’Onco-Gériatrie au Centre Léon Bérard, sur les spécificités des cancers touchant les personnes de plus de 70 ans.

    Lire l'article

Carcinome In situ

Le carcinome in situ concerne les lésions précancéreuses du sein. Il s’agit de lésions découvertes à un stade très précoce de la maladie. Il se situe généralement dans les canaux galactophoriques du sein.

Le carcinome canalaire in situ doit être pris en charge afin d’éviter le développement d’un cancer. Il est donc important de retirer ses lésions lors d’une chirurgie, avec une marge de sécurité suffisante.

Si une mastectomie totale est effectuée, elle sera le seul traitement.

En cas de conservation du sein, une radiothérapie sera indiquée pour diminuer le risque de récidive.