Traitements - Cancer du sein

La chirurgie dans la majorité des cas

Le début du traitement dans la majorité des cas débute par une chirurgie mammaire. Il s’agit :

chirurgie du sein

Différentes chirurgies proposées

  • soit d’une chirurgie conservatrice (ablation de la tumeur et préservation du sein)
  • soit d’une chirurgie par mastectomie (ablation du sein)

Le choix de l’acte chirurgical intervient après une discussion entre le chirurgien et la personne malade en fonction de la tumeur et des possibilités de conservation du sein.

En cas de mastectomie totale, dans un grand nombre de cas une reconstruction mammaire immédiate peut être réalisée. Le patient a le choix d’accepter ou non cette reconstruction après discussion avec le chirurgien : celui-ci lui expliquera les différentes techniques possibles dans son cas et les éventuels risques. (Pour en savoir en plus : cliquez ici)

Les chirurgiens qui prennent en charge le cancer du sein au centre Léon Bérard sont formés à la reconstruction mammaire immédiate.

Sur le plan de risque de récidives

Lors d’une mastectomie totale ou d’un traitement conservateur : La patiente est aussi bien protégée par rapport au risque de récidive à distance. Certaines patientes identifiées à très haut risque sur le plan génétique, peuvent choisir d’avoir une mastectomie unilatérale ou bilatérale pour diminuer leur risque de second cancer du sein. Il ne s’agit pas d’une urgence chirurgicale car si un second cancer c’est le plus souvent plusieurs années après. Les patientes doivent pouvoir se donner le temps de réflexion dont elles ont besoin.

Les techniques classiques

Pour les cancers invasifs, l’ablation de la tumeur est associée à l’exérèse ou ablation des ganglions axillaires.

En fonction de la situation, deux techniques peuvent être employées :

  • la technique dite du "ganglion sentinelle". Il s'agit d'une technique innovante qui consiste à enlever et examiner uniquement un à deux ganglions axillaires. Pour cela, on injecte un marqueur radioactif et parfois un colorant bleu au voisinage de la tumeur ou près de l’aréole du sein. Ce produit est collecté par le système lymphatique pour se concentrer au niveau des premiers ganglions axillaires. Une scintigraphie permet de bien les repérer et le prélèvement pendant l’intervention en est ainsi facilité.
  • le "curage axillaire". Cette technique standard consiste à effectuer une incision dans l’aisselle pour prélever des ganglions afin de savoir s'ils sont atteints par le cancer. Ce curage axillaire est réalisé au cours de l’opération du sein.
  • Les risques du curage axillaire sont le lymphœdème et des douleurs au niveau du bras. Une prise en charge par un kinésithérapeute limite l’apparition de ces séquelles.

Découvrez la prise en charge en chirurgie au CLB, cliquez ici

  • salle de réhabilitation après une chirurgie ambulatoire

    La chirurgie ambulatoire se développe

    Certaines interventions chirurgicales peuvent être réalisées dans le cadre d’une hospitalisation en ambulatoire, c’est-à-dire dans la journée. Une forme d’hospitalisation qui améliore le confort du patient et de son entourage.

    Découvrez la prise en charge en anesthésie-réanimation
  • La date
    • 2015

      l'année de lancement de la chirurgie ambulatoire en sénologie

La radiothérapie

Certaines tumeurs nécessitent un traitement adjuvant par radiothérapie.

accélérateur en radiothérapie

Radiothérapie post-opératoire

La radiothérapie est utilisée pour faire diminuer le risque de rechute locale ou locorégionale, c’est-à-dire concernant le sein et/ou les ganglions. Elle consiste à l’irradiation du sein et parfois des aires ganglionnaires tout en épargnant les tissus sains périphériques.

Le radiothérapeute détermine un programme de traitements qui définit notamment le nombre de séances ainsi que le dosage des rayons. Par exemple, un traitement classique va se traduire par 1 séance par jour, 3 à 5 jours par semaines, pendant 5 à 6 semaines. Une séance de radiothérapie dure entre 10 et 15 minutes et est indolore.

Le Centre Léon Bérard (CLB) dispose d’équipements permettant de réaliser des irradiations complexes.

  • intrabeam

    Technique innovante : radiothérapie peropératoire

    L’intrabeam® est un équipement médical permettant de combiner un geste chirurgical classique à une radiothérapie dite « peroperatoire », c’est-à-dire réalisée au cours de l’intervention chirurgicale. Elle est proposée en tant qu'innovation chez les femmes âgées de plus de 60 ans et dont la tumeur est localisée et n’a pas de ganglions malades.

  • Chiffres clés
    • 20 gray

      La dose de radiation délivréeen surface

    • 20 à 50 minutes

      la durée moyenne d’irradiation

    • décembre 2011

      la date de l'installation de cet équipement

Les traitements médicamenteux

Chimiothérapies, thérapies ciblées, hormonothérapies... compléteront les précédents traitements

chimiothérapie en hôpital de jour

La chimiothérapie avant ou après l'opération chirurgicale

La chimiothérapie avant l’opération.

On parle de chimiothérapie néoadjuvante, elle a pour but de réduire le risque de rechute mais aussi de diminuer la taille de la tumeur afin de réaliser une conservation mammaire lors de la chirurgie.

Pour les tumeurs triple négatives ou sur exprimant le gène Her2, une chimiothérapie est effectuée avant l’opération. Cette dernière permettra de vérifier l’efficacité de la chimiothérapie réalisée. Dans le cas où celle-ci ne l’a pas été, un ajustement du traitement pourra être réalisé.

La chimiothérapie après la chirurgie.

On parle de chimiothérapie adjuvante, elle a pour but de diminuer le risque de rechute.

Cas particulier :

celui des tumeurs qui présente une surexpression d’une protéine particulière appelée Her2. Ce type de tumeur est traité par un anticorps réalisé par voie veineuse toutes les 3 semaines pendant 1 an.

L'organisation de la chimiothérapie

La chimiothérapie nécessite la pose d’un cathéter au niveau d’une grosse veine :

  • Soit sur le bras : ce sera ce qu’on appelle un pic line sur la veine brachiale
  • Soit dans le cou dans la veine jugulaire externe ce sera un port a cathéter

Ce cathéter sera conservé pendant tout le temps du traitement.

La chimiothérapie est organisée selon un programme précis en fonction du patient et de sa maladie : par exemple, un traitement classique va se traduire par 4 cycles de chimiothérapies toutes les 3 semaines ou 3 cycles espacés de 3 semaines puis 9 cycles hebdomadaires. Cette chimiothérapie est en général dispensée en hôpital de jour, par voie veineuse. Une séance dure quelques heures.

Les molécules innovantes

Le CLB propose aux patientes l’accès à des nouvelles molécules de chimiothérapie ou des traitements innovants, évalués dans le cadre d’essais thérapeutiques. Après avoir obtenu le consentement du patient, les nouveaux traitements sont administrés sous surveillance stricte du Bureau d’études cliniques (BEC). Le CLB est l’un des trois plus gros centres français promoteurs d’essais cliniques en cancérologie.

Hormonothérapie adjuvante

Il existe deux types de tumeurs :
Les cancers hormono-sensibles (ou hormono-dépendants)
Les cancers non-sensibles aux hormones.
Pour les cancers hormono-dépendants, les personnes ayant été opérées d’un cancer invasif sont traitées sur une période de 5 ans après un traitement par voie orale (1cp/jour).