Le cancer du sein chez la femme jeune

Les spécificités du cancer du sein chez la femme jeune

Concernant le bilan initial, la mammographie et l’échographie sont les examens systématiques mais une IRM mammaire est également souvent indiquée pour compléter ce bilan. Cela s’explique par le fait que chez la femme jeune, le sein est plus glandulaire ou dense et que l’échographie ou la mammographie peuvent alors être moins performante.

Les indications de traitements médicaux en particulier de la chimiothérapie sont plus fréquentes.

Le cancer du sein chez la femme jeune peut avoir un lien avec une prédisposition génétique, mais dans plus de 50% des cas celui-ci se développe chez des femmes n’ayant aucuns antécédents familiaux. Cependant toutes les femmes ayant eu un cancer du sein avant 40 ans sont fortement encouragées à réaliser une consultation d’oncogénétique afin de savoir si elles ont une mutation génétique. Les plus fréquentes sont BRCA1, BRCA2, PAPL2. Si la patiente est porteuse d’une de ces mutations, son entourage sera orienté vers un onco-généticien. Cette consultation d’oncogénétique est confidentielle et c’est à la patiente d’indiquer à quels spécialistes elles souhaitent rendre ses résultats accessibles.

  • cancer du sein femme jeune ensemble

    3 questions au Dr Delphine Mouttet sur les cancers du sein chez la femme jeune

    A l'occasion d'Octobre Rose, nous sommes allés à la rencontre de Delphine Mouttet, chirurgienne sénologue au Centre Léon Bérard sur les cancers du sein touchant les femmes jeunes.

    Lire l'article

L’une des particularités du cancer du sein chez la femme jeune est la question de la grossesse. Si une femme est dépistée de son cancer du sein tout en étant enceinte, il est important de noter que dans la plupart des cas la conservation de sa grossesse sera possible, même avec une chimiothérapie mais après le premier trimestre. La radiothérapie et les thérapies ciblées si elles doivent avoir lieu seront réalisées après l’accouchement.

Pour ces patientes il est important d’aborder la préservation de leur fertilité. En effet une grossesse après cancer du sein est tout à fait envisageable. Cependant il est conseillé d’attendre en moyenne 3 ans. Ce délai est discuté entre la patiente et les médecins participant à sa prise en charge. Il est important avant le début de la grossesse, d’effectuer un bilan d’imagerie complet (mammographie, échographie, IRM et TEP SCAN) afin de s’assurer de l’absence de récidive.

Chaque femme prise en charge au Centre Léon Bérard aura accès à une consultation d’oncofertilité avec un spécialiste permettant de traiter de ces questions.

  • femmes

    Tout savoir sur le cancer, la sexualité et la grossesse, à l'occasion d'Octobre Rose

    A l'occasion d'Octobre Rose, le Centre Léon Bérard vous propose une infographie sur le thème de la sexualité et de la grossesse face au cancer. Chaque année, ce sont en effet environ 48 763 nouveaux cas de cancer du sein qui sont dépistés en France, faisant de ce cancer le plus fréquent chez les femmes

    Lire l'article

En ce qui concerne la contraception après un cancer du sein chez la femme non-ménopausée, quel que soit le type de cancer même non hormonosensible, une contraception hormonale (pilule, stérilet hormonal et implant) est contre indiquée. Un stérilet en cuivre ou toutes les autres contraceptions mécaniques comme le préservatif sont envisageables. Finalement, il peut être également proposé d’effectuer une ligature tubaire s’il n’existe plus de projets de grossesse pour la patiente ou le couple.

Pour les femmes ménopausées, tout traitement hormonal substitutif est également contre indiqué. Les points importants à retenir est qu’un cancer du sein peut apparaitre à tout âge et qu’une imagerie doit être réalisée en cas de palpation d’une masse ou d’apparition d’une déformation du sein. Dans le cadre du dépistage, la palpation annuelle par le gynécologue fait partie intégrante de la consultation et cela même pendant la grossesse.

Prévenir le cancer du sein à tout âge

Si des mammographies sont proposées aux femmes à partir de 50 via le dépistage organisé, ce n'est pas le cas pour les femmes plus jeunes. Il est alors très importante pour toutes les femmes, même les plus jeunes, de procéder à un suivi régulier auprès d'un gynécologue (un suivi annuel est recommandé) pour procéder à des palpations mammaires. Pensez-y !