Caroline et Majid, interview croisée d'anciens fumeurs

salariés témoignages

Caroline et Majid travaillent au Centre Léon Bérard. Aujourd'hui, ils ont arrêté de fumer et nous racontent leurs parcours, leurs réussites mais aussi leurs difficultés. Deux histoires qui nous rappellent que rien n'est impossible ! 

Mon histoire avec le tabac

Caroline : J’ai fumé ma dernière cigarette en 2005. Cela fait 15 ans maintenant. J'ai arrêté à l’âge de 22 ans après 8 ans de tabagisme, dont les 4 dernières années à plus d’un paquet par jour. J'ai choisi d’arrêter le jour où j'ai été prise pour un poste en cancérologie sur Rouen. Pendant mes études, j'avais appris que les chimiothérapies provoquaient des nausées et que les odeurs pouvaient majorer cela chez les patients. Je ne voulais pas être l’infirmière qui sent la clope…Et puis je ne supportais plus l'odeur, la course tous les soirs au bureau de tabac, les samedis soir au seul tabac ouvert à faire la queue… J'ai lu un livre sur une méthode d'arrêt. J'ai arrêté du jour au lendemain sans le dire à personne pour ne pas me mettre en échec. J’ai été exécrable pendant 2 mois…Et puis les choses sont rentrées dans l'ordre.

Majid : Fumeur depuis plus de 40 ans j’ai réussi à décrocher voici une année (déjà !) suite au programme de sevrage tabagique du CLB. Je ne me rappelle plus le nombre de tentatives d’arrêt, une dizaine peut-être, mais cette fois-ci c’est la bonne. Je sens que c’est la bonne : un an sans clope et je n’éprouve pas le besoin d’en griller une même lors des fêtes ou des soirées avec les amis. Pour moi la cigarette c’est fini.

LA méthode qui a marché pour moi

Caroline : Ce livre a verbalisé tout ce que je pensais… une seule lecture à suffit à me conforter dans mon choix.

Majid : Le programme du Centre Léon Bérard ainsi que des pastilles nicotine avec dosage dégressif. 

Ce qui m’a le plus aidé

Caroline : Le sport en parallèle et les économies réalisées ! Après un mois d’arrêt, je me suis offerte les bottes de mes rêves ! J'avais aussi gardé UNE cigarette dans un coin. Je me disais que si je craquais, je n’achèterais pas un paquet entier…

Majid : Je voulais arrêter… les séances avec les professionnels du sevrage tabagique du CLB et les substituts nicotiniques m’ont grandement aidé.

Ce qui reste difficile :

Caroline : Je me refuse de tirer une latte. Je pense que je pourrais replonger juste avec une latte, même 15 ans après… Le plus important pour moi : avoir retrouvé ma liberté ! Ne plus dépendre sans cesse de ce paquet…la cigarette régissait ma vie.

Majid : En définitive rien n’est difficile.

Mon conseil ou ma recommandation

Caroline : La décision vous appartient. Ne le faites pas pour quelqu'un ou pour faire plaisir. Faites-le pour vous. Votre corps et votre esprit vous remercieront par un bien-être naturel !

Majid : Dès qu’il y a ce « vouloir » insistant d’arrêter, on est sur la bonne voie. Dès lors, s’inscrire dans un programme de préférence en groupe.
L’activité physique peut aussi aider.

Le regard du tabacologue

Le Dr Dominique Triviaux, tabacologue au Centre Léon Bérard, nous donne son regard sur leur parcours d'arrêt

dominique triviaux

Son regard sur le parcours de Caroline

Dr Triviaux : BRAVO pour cette formidable constance ! 15 ans, c’est beau mais en même temps Caroline a tout à fait raison de rester vigilante et quand elle dit qu’elle pourrait « replonger juste avec une latte » elle a mille fois raison ! Lorsqu’on a été dépendant du tabac, on le reste à vie et les mécanismes de la dépendance peuvent se réactiver extrêmement rapidement hélas, même des années voire des dizaines d’années après l’arrêt du tabac… Un fumeur dépendant ne devient jamais non-fumeur mais bien « EX-fumeur » ; la nuance est importante ! 
Juste une petite remarque, les substituts nicotiniques l’auraient peut-être aidée à ne pas être exécrable pendant 2 mois… Ils n’ont bien évidemment rien d’obligatoire – Caroline en est la preuve, elle a arrêté sans ! – mais ils rendent l’arrêt moins douloureux et moins inconfortable. 

Son regard sur le parcours de Majid

Dr Triviaux : BRAVO pour le maintien de l’arrêt ! Oui, au CLB le programme proposé aux salariés permet un accompagnement vers l’arrêt en douceur. Pourquoi faudrait-il s’infliger souffrance, lutte et douleur alors qu’il existe des traitements médicamenteux qui bien prescrits – c’est à dire à bonne dose et pendant suffisamment longtemps !- permettent un arrêt dans le confort ? Le suivi de 1 an proposé permet de ré-apprendre une vie sans tabac, clé du maintien de l’abstinence au long cours. Il s’agit d’un vrai programme de rééducation !

  • homme et femme
    25 mai

    Retours d'expérience pour la Journée mondiale sans tabac

    Suite à la Journée mondiale sans tabac qui a eu lieu le 31 mai dernier, nous vous proposons des témoignages d'anciens fumeurs, patients, salariés du Centre Léon Bérard, ou travaillant sur notre site, qui racontent leur parcours, leurs réussites et qui nous livrent leurs petites astuces pour arrêter de fumer.

    Lire l'article