Arrêter de fumer, c'est possible au CLB

une illustration contre le tabac

Comment se passe l’accompagnement à l’arrêt du tabac au CLB ?
Acteur majeur de la prévention en Rhône-Alpes Auvergne, le Centre Léon Bérard propose un accompagnement à l’arrêt du tabac pour tous les fumeurs qu’ils soient ou non suivis au Centre.

Notre accompagnement s’inscrit dans le temps

« Arrêter de fumer c’est bien, ne pas reprendre c’est mieux ! » L’arrêt du tabac est une première étape mais nombre de patients rechutent au bout de quelques temps… Au CLB, l’accompagnement à l’arrêt du tabac est conçu en trois temps :

  1. Une séance collective de préparation à l’arrêt pour COMPRENDRE la dépendance au tabac
  2. Des consultations individuelles rapprochées en début de prise en charge pour ETRE AU PLUS VITE EN ETAT DE CONFORT
  3. Un suivi régulier sur une année pour PREVENIR LA RECHUTE

Découvrez, ci-après le contenu de ces séances.

La séance de préparation à l’arrêt collective (1h30 à 2h)

« Les fumeurs ne sont pas coupables d’un manque de volonté mais victimes d’une DEPENDANCE » (Gilbert Lagrue)

illustration d'un collectif

Cette séance a un objectif : DECULPABILISER le fumeur en lui expliquant en quoi consiste la dépendance au tabac. Elle permet aux fumeurs de mieux comprendre la dépendance physique à la nicotine responsable des phénomènes de manque inconfortables, parfois douloureux chez certains ressentis à l’arrêt du tabac source de reprise rapide après l’arrêt, et la dépendance psycho-comportementale (habitudes, gestes, gestion des émotions…) qui dure des années et qui explique les rechutes tardives voire très tardives après l’arrêt.

Comprendre cette double dépendance au tabac, c’est se donner les clés pour tenter de sortir de cette spirale infernale dans laquelle les fumeurs sont enfermés ou pris au piège depuis des années. Ils comprennent (enfin !) pourquoi la cigarette du matin est la meilleure, pourquoi ils fument environ toutes les 2h, pourquoi ils sont d’une humeur exécrable et ont envie de tout casser s’ils n’ont plus de tabac, pourquoi ils ont rechuté les fois précédentes…

DECULPABILISES et RASSURES à l’issue de cette séance, les fumeurs se sentent mieux armés pour entamer cet arrêt. On constate une augmentation de deux points des degrés de motivation et de confiance en soi en fin de séance par rapport au score initial !

Des consultations individuelles rapprochées pour être rapidement en zone de CONFORT

« Arrêter de fumer sans souffrir et dans le CONFORT est possible ! »

Les traitements médicamenteux du sevrage sont au sevrage tabagique ce que les antalgiques sont à la douleur et les antipyrétiques à la fièvre : ils n’ont rien d’obligatoires…mais c’est tellement mieux avec !

Le suivi intensif en début de prise en charge (une consultation hebdomadaire pendant au moins 3 semaines et plus si nécessaire) a un objectif, celui d’adapter au plus juste le traitement pour être le plus rapidement possible en zone de CONFORT, avec des « envies » qui deviennent gérables contrairement au « besoin » qui ne l’est pas ou plus difficilement. Une fois cet état de confort atteint grâce au traitement médicamenteux, le suivi peut s’espacer afin de travailler sur la dépendance psychologique et comportementale. Nous sommes en phase de rééducation : l’ex-fumeur (ré-)apprend à VIVRE SANS TABAC !

le Dr Dominique Triviaux
Le Dr Dominique Triviaux assure les consultations de tabacologie au Centre Léon Bérard

Un suivi qui s’inscrit dans le temps

« Dans l’arrêt du tabac, il n’y a pas d’échec, mais des succès différés ! » (Gilbert Lagrue)

Arrêter de fumer est une démarche qui s’inscrit dans le temps. Il faut à l’ex-fumeur une véritable rééducation pour (ré-)apprendre à vivre sans tabac. La cigarette est sa « meilleure ennemie » et il faut une révolution solaire pour en faire le deuil… Mais accompagné avec des rendez-vous réguliers et des objectifs fixés à chaque étape, le maintien de l’arrêt devient possible. S’astreindre à ce suivi c’est faire en sorte qu’un faux pas (refumer) ne soit qu’un incident de parcours autrement dit une « chute » et non une « rechute ». Après un arrêt maintenu pendant 1 année, l’ex-fumeur – qui restera un ex-fumeur toute sa vie !- est à même de poursuivre son chemin seul… le tabacologue restant toujours disponible en cas de besoin, cela va de soi !