Traitements - Cancer de la vessie

L’orientation thérapeutique est décidée en Réunion de concertation pluridisciplinaire.

Dans les formes évolutives et métastatiques de la maladie, le traitement repose sur la chimiothérapie.
Des molécules sont actuellement en développement et pourront vous être proposées au CLB, dans le cadre d’essais thérapeutiques.

Des irradiations (radiothérapie) à visée antalgique peuvent également être proposées.

En cas de tumeurs superficielles (TVNIM)

Des traitements locaux (chirurgicaux ou médicaux) vous seront proposés et réalisés par votre urologue. Pour plus d'infos sur ces traitements, vous pouvez consulter le site de l'INCA.

Il existe également des essais cliniques au Centre Léon Bérard dans cette situation qui pourront vous être proposés par votre urologue.

En cas de tumeurs infiltrantes (TVIM)

En cas de tumeurs de la vessie infiltrantes, appelées TVIM, un traitement chirurgical vous sera proposé ainsi et une chimiothérapie néoadjuvante (avant la chirurgie) en fonction de votre état général et de votre fonction rénale pourra être discutée. En alternative au traitement chirurgical en cas de contre-indication opératoire ou de situations particulières, une radiothérapie combinée à une chimiothérapie peut être envisagée. Plusieurs essais cliniques sont actuellement en cours pour discuter de l’adjonction de l’immunothérapie à la chimiothérapie autour de la chirurgie et également de l’immunothérapie chez les patients ne pouvant pas recevoir cette chimiothérapie. L’orientation thérapeutique est décidée en Réunion de concertation pluridisciplinaire.

Maladie métastatique

Dans les formes évolutives et métastatiques de la maladie, le traitement repose sur la chimiothérapie ainsi que, plus récemment, de l’immunothérapie après la chimiothérapie en cas de contrôle de la maladie. C’est ce qu’on appelle un traitement de maintenance. Des molécules sont actuellement en développement et pourront vous être proposées au CLB, dans le cadre d’essais thérapeutiques.

En complément, des irradiations (radiothérapie) à visée antalgique peuvent également être proposées en cas par exemple de métastases osseuses douloureuses.

Il est important d’évoquer aussi la découverte de nouveaux traitements. Chez 10 à 15% des patients ayant développé un cancer de la vessie, il survient une anomalie du gène FGFR3 qui peut conduire à la réalisation d’une thérapie ciblée : par exemple l’erdafitinib. Cette molécule est disponible après discussion en ATV, c’est-à-dire sur demande par dossier à l’ANSM. Cette proportion se trouve être plus élevée chez les patients avec un cancer des voies urinaires. De plus, il y existe la mise en place de deux anticorps conjugués qui sont développés dans le cadre des cancers de la vessie qui sont le sacituzumab govitecan qui cible le TROP2 et l’enfortumab vedotin qui cible la Nectine 4. Les anticorps conjugués sont des anticorps ciblant les cellules tumorales couplés à une molécule de chimiothérapie qui sera délivrée au sein de la tumeur. Ces traitements ont montré de très bons résultats pour les cancers métastatiques, mais ils ne sont prescrits pour l’instant que dans le cadre d’essais cliniques.

  • Dr Armelle Vinceneux
    12 mai

    Cancer de la vessie : 4 questions à un expert, le Dr Vinceneux Armelle

    Le cancer de la vessie, un cancer souvent méconnu alors qu'il touche près de 13 000 patients chaque année : nous avons posé quelques questions au Dr Vinceneux, oncologue, et spécialisée en onco-urologie au Centre Léon Bérard, afin d’en apprendre plus sur cette pathologie.

    Lire l'article
  • essai

    Recherche clinique : les essais de phase précoce expliqués en 3 questions.

    La recherche clinique en cancérologie est une étape importante puisqu’elle permet de mesurer la tolérance et l’efficacité des médicaments directement auprès des patients. Les patients reçoivent ces nouveaux traitements ou protocoles de traitement dans le cadre d’essais cliniques.

    Lire l'article