Prévention et diagnostic - Cancer de la vulve

Dr HEINEMANN Mellie a rédigé ce contenu
Chirurgie cancérologique
Sénologie - Gynécologie

Prévention :

La prévention du cancer de la vulve passe par une prévention contre les infections à Papillomavirus humains (HPV). La vaccination contre l’HPV (lien interne page vaccin HPV) diminue le risque de développer un cancer de vulve. Elle est recommandée pour toutes les jeunes filles (et les jeunes garçons) de 11 à 14 ans. Par ailleurs, dans le cadre du rattrapage vaccinal, la vaccination est recommandée pour les jeunes filles, jeunes femmes (et jeunes garçons) entre 15 et 19 ans. 2 ou 3 injections sont nécessaires en fonction du vaccin utilisé et de l’âge.

Le tabac étant un facteur de risque de persistance de l’infection à HPV, la prévention du cancer de la vulve passe par un arrêt du tabac. L’arrêt du tabac est primordial pour éviter un cancer de vulve mais aussi une récidive.

Un suivi gynécologique régulier permet également de prévenir le cancer de la vulve par la détection de lésion précancéreuse qui peuvent être traitées pour éviter leur évolution vers un cancer.

  • resolution 1
    22 jan

    Résolution de janvier 2019 : je dis stop au tabac

    Lire l'article
  • rousset-jablonski

    Cancers et vaccin contre le papillomavirus pour les garçons : le Dr Rousset Jablonski répond aux questions

    La vaccination contre le papillomavirus humain (ou HPV) a récemment été élargie aux jeunes garçons. L'occasion de demander au Dr Rousset-Jablonski, de répondre à quelques-unes de nos questions.

    Lire l'article

Diagnostic :

Le diagnostic du cancer de la vulve peut se faire de façon précoce dans le cadre du suivi de lésions vulvaires précancéreuses. Également si une patiente présente ou touche, au niveau de la vulve, un bouton qui ne disparait pas, et/ou grossit, responsable ou non de douleur, de saignement, il faut qu’elle consulte un médecin pour bénéficier d’un examen clinique. Si l’examen clinique fait suspecter un cancer de vulve alors votre médecin soit vous orientera vers un médecin spécialiste de cette pathologie, soit réalisera une biopsie sous anesthésie locale. C’est l’analyse de la biopsie ou tissus prélevés qui permet de faire le diagnostic. Les résultats de cette analyse de la biopsie peuvent nécessiter 5 à 10 jours.

En fonction de la grosseur, taille du cancer de vulve, s’il y a des ganglions dans les plis de l’aine, des examens complémentaires peuvent être demandés par votre médecin comme une imagerie par résonance magnétique (IRM), un scanner thoraco-abdomino-pelvien, un TEP-scanner (Tomographie par émission de positons) ou une échographie. Ces examens complémentaires permettent de savoir si le cancer atteint des organes proches de la vulve comme l’urètre, la vessie, l’anus ou le rectum, ou des organes à distance comme les poumons, le foie, des ganglions... Grâce à ce bilan, votre médecin pourra vous expliquer la suite de votre parcours de soins, vos traitements.