Le cancer du rectum

Le rectum constitue la dernière partie du tube digestif. Il est situé entre le côlon et le canal anal. Les cancers du rectum apparaissent le plus souvent au niveau de la muqueuse. Le nombre de nouveaux cas de cancer colorectal annuel en France est estimé à 40 000 soit 16 000 décès (53% survenant chez l'homme). L’âge moyen au diagnostic en 2005 est de 70 ans chez l’homme et 73 ans chez la femme. Il s’agit le plus souvent d’un adénocarcinome.

Facteurs de risque

Les principaux facteurs de risque sont les habitudes de vie (tabac, alcool, alimentation), les antécédents personnels de polypes et de cancers colorectaux, les antécédents familiaux de polypes ou cancers colorectaux, les maladies inflammatoires du côlon.

Consultation d’oncogénétique

Il existe également des prédispositions héréditaires aux cancers colorectaux. Le Centre Léon Bérard propose une consultation d’oncogénétique permettant d’identifier et de proposer un diagnostique et un suivi aux familles à haut risque.
Deux principales maladies génétiques prédisposent à ce haut risque de cancer colorectal : la polypose adénomateuse familiale (PAF) et le syndrome de Lynch ou syndrome HNPCC.

Dépistage et prévention

La réalisation d’un Hemoccult (test de recherche de sang dans les selles) est réalisé à partir de 50 tous les 2 ans pour tous les patients "sans risque particulier" dans le cadre du programme national de dépistage avec une coloscopie si l’Hemoccult s’avère positif.
Une coloscopie est d’emblée prescrite pour les patients "à risque élevé" (antécédent au premier degré de cancer colorectal). Elle est à répéter tous les 5 ans ou plus en cas de découverte de polypes.

Diagnostic

Le diagnostic est en général établi par un gastroentérologue, après une consultation complétée par un examen de l’intérieur du côlon et du rectum (coloscopie, recto sigmoïdoscopie), une biopsie et un examen anatomopathologique. Ces examens peuvent être réalisés au CLB. Pour le bilan d’extension peut être accompli avec un examen d’imagerie (Scanner thoraco-abdomino-pelvien). Une coloscopie longue peut être prescrite pour les cancers du rectum n’ayant eu qu’une recto-sigmoïdoscopie.
Dans le cas du cancer du rectum, une échographie endorectale et/ou une IRM rectale sont aussi réalisées. En cas de métastases, un TEP Scan peut compléter le bilan.
Traitements

Les traitements sont codifés et discutés en réunion de concertation pluridisciplinaire. Le traitement du cancer du rectum dépend du stade, de l'emplacement, de l'étendue de la tumeur et de l'état de santé global de la personne. On associe souvent la radiothérapie, la chimiothérapie puis la chirurgie pour traiter le cancer du rectum. En fonction des résultats histologiques de la pièce opératoire, la chimiothérapie peut être poursuivie pour une durée de 6 mois après la chirurgie. Le Centre Léon Bérard prend en charge les cas complexes et les stades avancés de la maladie.

L’équipe chirurgicale du Centre Léon Bérard est spécialisée dans les chirurgies complexes et conservatrices afin d’éviter les stomies définitives. Une stomie provisoire ou définitive (en cas d’amputation du rectum) peut toutefois être nécessaire.
A l’inverse certaines tumeurs superficielles peuvent être traitées par résection endoscopique ou transanale seule.
Dans les formes métastatiques les traitements par chimiothérapie et biothérapie sont les mêmes que dans les cancers du côlon.

Soin de support

L’équipe des soins de support propose un suivi nutritionnel de la douleur et assure l’éducation des stomisés.

Surveillance

Une fois les traitements terminés, un suivi régulier est mis en place pendant au minimum 5 ans. Cette surveillance est assurée par le gastroentérologue ou le médecin traitant.

 

Essais cliniques en cours

aVE-cadérhine - Exploration de la valeur prédictive de facteurs biologiques novateurs et notamment de la VECadhérine circulante chez des patients atteints d'un adénocarcinome colique métastatique traités par bevacizumab - Dr Christelle de la Fouchardière

Efficacité de l'anastomose coloanale différée dans le traitement des cancers des moyens et bas rectums. Essai de phase II - Pr Michel Rivoire

HIFU - Evaluation chez des patients nécessitant une chirurgie de résection de métastases hépatiques de cancers colorectaux de la faisabilité de l'innocuité et de l'efficacité de la destruction tumorale par ultrasons focalisés de haute intensité - Pr Michel Rivoire

IB 2006-30 - COCHISE I - Essai clinique de phase II évaluant une chimiothérapie systémique associée au Cetuximab an traitement adjuvant chez des patients complètement reséqués par chirurgie de leur carcinose péritonéale isolée d'origine rectale - Dr Pierre Meeus

MO18725 - A multicenter, randomized phase II study to assess the safety and resectability in patients with primarily unresectable liver metastases secondary to colorectal cancer receiving first line treatment either with mFOLFOX-6 + bevacizumab or FOLFOXIRI + bevacizumab - Pr Michel Rivoire

PETACC-6 - n° 40054-22062 - Preoperative chemoradiotherapy and postoperative chemotherpay wuith capecitabine and oxaliplatin VS capecitabine alone in locally advanced rectal cancer - Dr Isabelle Martel Lafay

En savoir plus

Guide "Les traitements du cancer du rectum" : cliquez ici

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
cliquez-ici
eskisehir escort balikesir escort