Cancer de la prostate

Il s’agit de la tumeur la plus fréquente chez l’homme. Elle est diagnostiquée de façon de plus en plus précoce, à un stade localisé, du fait du dépistage.

Consultation d'oncogénétique

Certains cancers de la prostate sont liés à des prédispositions héréditaires. Dans ce cadre, une consultation d’oncogénétique peut vous être proposée au CLB. Elle offre un suivi adapté pour les personnes porteuses de ces prédispositions.
Le but de la consultation de génétique est d’évaluer s’il existe au sein d'une famille un risque particulier de cancer et si celui-ci peut être expliqué par une mutation génétique.
Ensuite selon les résultats des examens, des conseils pratiques de prévention et de dépistage seront donnés et un suivi adapté proposé. Une aide psychologique est également proposée.

Dépistage

Actuellement la plupart des diagnostics de cancer de la prostate sont faits chez des hommes qui ne présentent aucun symptôme à la suite d’un dépistage : toucher rectal et dosage du PSA (Antigène Prostatique Spécifique).

Diagnostic

En cas de suspicion de cancer, l’urologue pourra vous proposer des biopsies de prostate. Seul cet examen, après analyse anatomopathologique, permettra de confirmer ou non la présence d’un cancer.
Bilan d’extension
Le bilan d’extension pourra nécessiter la réalisation d’un scanner abdomino-pelvien, d’une scintigraphie osseuse ou d’une IRM prostatique (ce dernier examen n'est pas réalisé au CLB).

Traitements

Dans le cas des tumeurs localisées, plusieurs possibilités thérapeutiques vous seront proposées en tenant compte des résultats de l’ensemble de vos examens (histologie ; bilan d’extension mais aussi de votre âge et de vos autres problèmes de santé.

Surveillance active

Dans certains cas, il n’est pas utile de réaliser d’emblée un traitement et votre médecin pourra vous proposer une attitude de «surveillance active», avec éventuel traitement «différé»
Ce programme de surveillance comporte généralement de nouvelles biopsies de prostate, la réalisation régulière de dosage du PSA et de consultations médicales. Cette attitude permet dans un certain nombre de cas d’éviter la réalisation d’un traitement ou de le différer de plusieurs mois ou années, et d’éviter (ou retarder) ainsi ses inconvénients.

Traitements locaux de la prostate

- Chirurgie (prostatectomie radicale)
- Radiothérapie externe
- Curiethérapie
Ces traitements peuvent être utilisés seuls, en association entre eux ou avec les traitements médicaux
Depuis 1999, le Centre Léon Bérard pratique la curiethérapie prostatique par implants permanents d’iode 125. Il a été le 1er centre à proposer cette technique en Rhône-Alpes. Ses radiothérapeutes réalisent également les techniques de radiothérapie externe. La prostatectomie radicale sera réalisée par votre urologue, cette chirurgie n’est pas pratiquée au CLB.

Traitements médicaux

- Hormonothérapie, en association avec la radiothérapie ou seule
- Chimiothérapie
- Thérapeutiques innovantes

Des traitements médicaux vous seront proposés en cas d’évolution de la maladie. En phase évolutive, le traitement standard est une hormonothérapie qui pourra être prescrite par votre urologue.
En phase de résistance à la castration avec ou sans atteinte métastatique, le Centre Léon Bérard peut également vous proposer des traitements ciblés ou des traitements standards. De nombreuses molécules en développement sont proposées au CLB, dans le cadre d’essais thérapeutiques.

Plusieurs molécules innovantes ainsi que de nouveaux protocoles de radiothérapie sont proposés aux patients atteints de cancer de la prostate dans le cadre d’études cliniques menées au Centre Léon Bérard.
Concernant les nouvelles molécules :
• MDV 3100 nouveau antiandrogène déjà évalué chez les patients ayant déjà recu une chimiothéraie est évalué actuellement chez les patients peu ou asymptomatiques en phase métastatique et de résistance à la castration avant l’introduction de la chimiothérapie
• L’abiraterone, une molécule d’hormonothérapie bloquant la synthèse de la téstostérone utilisée sous forme de comprimés a montré son efficacité en prolongeant la vie chez les patients ayant déjà reçu de la chimiothérapie.
• Tak700, nouvelle molécule d’hormonothérapie dont le mode d’action est similaire à l’abiratérone va être évalué chez des patients métastatiques et résistants à la castration (CRPC) peu symptomatiques chez des patients naïfs de chimiothérapie, c’est-à-dire n’ayant jamais eu de chimiothérapie, et chez les patients CRPC en post chimiothérapie
• De nouvelles molécules (Lenalidomide, OGX) sont en évaluation en association avec le docétaxel (substance active anticancéreuse appartenant à la famille des taxanes).

Avant la phase métastatique, de nouvelles molécules sont également en cours d’évaluation et pourront vous être proposées.

 

Surveillance

La période qui suit la fin des traitements fait l’objet d’une surveillance attentive et prolongée en lien avec le médecin traitant.
La surveillance consiste en une consultation complétée selon les cas par des examens (examen clinique, dosage du PSA).

En savoir plus

Accès au site de l'Institut national du cancer pour consulter la fiche d'information sur les cancers de la prostate : cliquez ici

Contacts
Dr Aude Fléchon et Helen Boyle : Oncologues médicales
Dr Pascal Pommier, Christian Carrie et Séverine Racadot : Oncologues radiothérapeutes

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
eskisehir escort balikesir escort