ASCO 2018 : Des résultats majeurs pour un cancer pédiatrique rare

Le Pr Jean-Yves Blay, directeur général du Centre Léon Bérard et Sophie Beaupère, directrice générale adjointe, accompagnés d’une vingtaine de médecins de notre établissement, ont participé à ce rendez-vous, qui se déroule chaque année à Chicago, réunit plus de 50 000 spécialistes internationaux et permet de présenter à la communauté les dernières avancées dans le domaine.

 

 

Les résultats des essais cliniques qui se déroulent dans les établissements hospitaliers du monde entier sont en effet dévoilés lors de ce congrès. En 2018, les nouveaux traitements, immunothérapies et thérapie ciblées, mais également les dispositifs de e-santé, ont fait l’objet de nombreuses communications porteuses d’espoir.

Parmi les nombreuses présentations faites cette année, les résultats d’une étude, coordonnée au plan national, par le Dr Christophe Bergeron, pédiatre oncologue du Centre Léon Bérard, sur la prise en charge des rhabdomyosarcomes, un cancer rare de l’enfant qui atteint le muscle, ont été présentés par le Dr Gianni Bisogno, du Département de la femme et de l’enfant de l’hôpital universitaire de Padoue en Italie. Ils montrent une avancée majeure, depuis ces 30 dernières années, pour le traitement de ce cancer pédiatrique.

 

13 % de guérison en plus pour les jeunes patients

Cette étude européenne randomisée de phase III, intitulée RMS2005, a montré qu’une chimiothérapie d’entretien (1 an de traitement au lieu de 6 mois) augmentait la survie des enfants et des adolescents atteints de ce cancer. Initiée en 2005 par les docteurs Christophe Bergeron et Gianni Bisogno, dans le cadre du groupe coopérateur européen EpSSG (European Paediatric Soft Tissue Sarcoma Study Group), l’étude a cherché à déterminer si la prolongation du traitement par six mois de chimiothérapie d’entretien (vinorelbine-cyclophosphamide) apportait un bénéfice aux enfants.

Le rhabdomyosarcome touche chaque année en France environ 100 enfants et adolescents. La tumeur peut être retrouvée partout dans le corps mais principalement dans la région de la tête et du cou, des membres et de la sphère uro-génitale. Pour cette étude de longue haleine sur un cancer heureusement rare, 370 enfants et adolescents âgés de 1 à 21 ans, issus de 14 pays et 158 hôpitaux, ont été inclus pendant 10 ans. « Nous avons obtenu des résultats majeurs qui changent désormais nos pratiques et augmentent de 13% le taux de guérison », explique le Dr Christophe Bergeron. De plus, cette étude va aussi changer le standard de traitement des adultes atteints par ce même type de cancer. Ses résultats ont été salués par l’ASCO.

Promue en France par Gustave Roussy et cofinancée par un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) de l’Institut National du Cancer (INCa), cette étude s’est développée dans les centres de la Société Française des Cancers de l’Enfant (SFCE) et a été portée en France par le Centre Léon Bérard (Dr Christophe Bergeron, coordinateur national), Gustave Roussy (Dr Véronique Minard-Colin, investigateur principal) et l’Institut Curie (Dr Daniel Orbach).

En savoir plus :

Le communiqué de l’ASCO (en anglais) : cliquez ici

Le communiqué de presse de Gustave Roussy : cliquez ici

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
cliquez-ici
eskisehir escort balikesir escort