Diminuer l'impact environnemental : un objectif du Centre Léon Bérard

environnement

À l'occasion du salon Pollutec, le salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement et de l’énergie qui se tiendra à Lyon du 27 au 30 novembre prochain, nous vous proposons un zoom pour présenter les actions mises en place au Centre Léon Bérard pour limiter notre impact environnemental.

L’analyse environnementale d'un établissement est une étape cruciale pour obtenir la norme ISO 14001 (management environnemental d'une organisation). L’objectif de cette analyse est de répertorier les activités (par exemple l’activité de soins générant des DASRI*) et les équipements (ex : climatiseurs) de l’établissement ayant un impact sur l’environnement. Ces impacts sont ensuite chiffrés et notés afin de les hiérarchiser. Les impacts les plus polluants doivent être pris en compte par l’établissement dans un plan d’action environnemental courant sur les 4 prochaines années.

*déchets d'activités de soins à risques infectieux et assimilés

Au Centre Léon Bérard, l’équipe Qualité a travaillé en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes de l’établissement pour élaborer cette analyse et ce plan d’actions. Par exemple, depuis 2016, les centrales de refroidissement des bâtiments s‘arrêtent automatiquement le weekend dans les lieux vides (bureaux, salles de consultation,…). Ceci a permis une économie de 33 000 € sur les 500 000€ de la facture annuelle de refroidissement.

Autre action en cours : le transport du polystyrène. Actuellement, une benne de 10m3 réalise trois rotations par semaine remplie de divers produits qui ne sont pas intégrés dans les autres filières de tri (palettes, mobilier,…). 80% de ce volume est occupé par des cartons contenant du polystyrène d’emballage qui contient lui-même 95% d’air. Nous faisons donc circuler des camions pour transporter de l’air ! L’idée est donc d’installer au CLB un broyeur à emballages polystyrène qui doit diviser par 20 le volume occupé par les emballages. On passerait alors d’environ trois rotations de camion par semaine à une seule !

Autre défi, la diminution de l’utilisation des gobelets en plastique ! Aujourd’hui, nous en utilisons 500 000 par an qui représente 2,7 tonnes de déchets. C’est l’équivalent de la distance Lyon-Bourgoin-Jallieu en posant les gobelets côte à côte. Un groupe de travail planche actuellement sur ce sujet…

Enfin, un groupe de travail s’est construit dans l’objectif de chercher des solutions pour placer des ruches sur les toits en réalisant un partenariat avec un apiculteur.