Immunité, Virus, Inflammation

Co-direction : Christophe Caux et Fabien Zoulim

Description

Le développement d’une tumeur est soumis à l’influence de facteurs intra- et extra-cellulaires, qui incluent notamment l'inflammation, les signaux du microenvironnement et du système immunitaire. Par ailleurs, environ 15% des cancers humains se développent suite à une infection virale, un modèle tumoral privilégié par plusieurs équipes du département étant l’hépatocarcinome viro-induit.

Objectif général

L’objectif des équipes de ce département est de mieux comprendre comment ces éléments contribuent ou s’opposent à l'établissement, la persistance, la progression et la dissémination virale ou tumorale. Les équipes de ce département aborde à la fois des aspects de l'immunologie et de la virologie fondamentale,  et est impliqué dans le développement de stratégies thérapeutiques innovantes (immunothérapies, thérapies ciblées). Les principaux types de cancers étudiés sont les cancers du sein, de l’ovaire, du colon, du poumon, les hépatocarcinomes et les hémopathies malignes.

Ce département regroupe 9 équipes de recherche, dont 4 sont situées sur le site du Centre Léon Bérard :

Equipe Ciblage thérapeutique de la tumeur - Co-direction Jean-Yves Blay & Christophe Caux

 

Le système immunitaire protège l’organisme contre les maladies causées par les agents pathogènes comme les virus ou les bactéries, mais aussi contre les cellules de l’organisme devenues cancéreuses. Les cellules cancéreuses ont subi des bouleversements qui ont perturbé profondément leur fonctionnement et sont devenues « anormales ». Le système immunitaire est un système complexe, composé de cellules et d’outils qui vont reconnaître les signaux anormaux (antigènes) exprimés par les cellules cancéreuses. Dans un système parfait, les cellules cancéreuses seraient ainsi identifiées et éliminées. Malheureusement, malgré la présence des antigènes cancéreux, le système immunitaire est parfois défaillant et le cancer poursuit son développement.
L’équipe animée par Christophe Caux et Jean-Yves Blay mène des recherches fondamentales et de transfert basées sur les deux observations cliniques suivantes. D’une part, bien que les thérapeutiques ciblées détruisant spécifiquement les cellules tumorales aient transformé le pronostic des sarcomes métastatiques et des carcinomes mammaires métastatiques, elles ne permettent cependant que rarement d’obtenir de rémissions complètes durables après l’arrêt du traitement, ni d’empêcher l’émergence de résistances secondaires. D’autre part, les altérations quantitatives et qualitatives du système immunitaire sont associées à la progression de la maladie.
L’objectif de l’équipe est de combiner deux stratégies en proposant une thérapeutique moléculaire ciblée sur la cellule tumorale qui n’affecte pas les acteurs (les lymphocytes) de la réponse immune anticancéreuse et qui soit associée à une stimulation globale du système immunitaire pour éliminer les cellules tumorales résiduelles.
Le projet de l’équipe comprend ainsi:
 - l’identification des mécanismes mis en place par les cellules tumorales pour « mettre en veille » le système immunitaire
 - le développement de stratégies thérapeutiques nouvelles, qui seraient basées sur la détection des antigènes libérés lors de la mort des cellules tumorales

Plus d’info sur cette équipe : cliquez ici
 

Equipe Signalisation de l’immunité innée et oncogénèse - Direction Toufic Renno

 

Le système immunitaire représente une barrière efficace pour protéger l’organisme contre les pathogènes (virus, bactéries) mais aussi les cancers. Au sein de l’arsenal complexe du système immunitaire, les cellules du système immunitaire inné ont la capacité de reconnaître, par l’intermédiaire de récepteurs localisés à la surface ou à l’intérieur des cellules, des fragments bien spécifiques de virus et bactéries. Ces récepteurs « spécialisés » dans la détection des pathogènes permettent d’enclencher toute une cascade d’événements intracellulaires pour produire une réponse contre le pathogène, et protéger ainsi l’organisme.

L’équipe de Toufic Renno « Signalisation de l'immunité innée et oncogenèse » accueille 20 personnes, dont 8 chercheurs et enseignants-chercheurs, et est organisée en 3 groupes. Les groupes de Toufic Renno et de Serge Lebecque s’intéressent aux récepteurs de l’immunité innée et leurs adaptateurs (MyD88 et TLR3). Plus particulièrement, ils étudient le rôle de ces récepteurs dans les cascades intracellulaires conduisant à la transformation cellulaire et la mort (apoptose) des cellules cancéreuses. Le groupe de Serge Manié s’intéresse aux mécanismes moléculaires qui permettent l’adaptation et la survie des cellules cancéreuses, dans un environnement devenu « stressant » car limité en oxygène et nutriments du fait de l’expansion maligne. Sur la base de ces travaux, l’équipe développe actuellement des approches thérapeutiques innovantes contre le cancer. Cela concerne en particulier la mise en place d’une nouvelle start-up au sein du laboratoire, Tollys, pour valoriser les découvertes de l’équipe.

Plus d’info sur cette équipe : cliquez ici
 

Equipe TGFβ et régulation de la réponse immunitaire - Direction Julien Marie

 

Pour lutter contre les infections provoquées par des microbes, notre organisme dispose d'un système de défense efficace appelé le système immunitaire. Les cellules qui composent ce système sont non seulement capables de tuer les cellules infectées par des microbes mais débarrassent aussi l’organisme de cellules anormales dont les cellules cancéreuses. Parmi les cellules qui constituent l’arsenal complexe du système immunitaire, un type de cellules, appelés lymphocytes T, présente une activité spécifique contre les cellules tumorales et peut les tuer efficacement si les chercheurs les mettent en contact. Cependant au sein de l’organisme, cette activité anti-tumorale des lymphocytes T est malheureusement moins efficace. Cette observation suggère donc que les tumeurs ont mis en place des stratégies afin de constituer un bouclier de défense bloquant l'action des lymphocytes T, assurant ainsi leur maintien dans l’organisme.
L’équipe de Julien Marie, composée de 10 personnes, s’intéresse ainsi aux stratégies mises en place par les tumeurs pour échapper à la surveillance par le système immunitaire. En particulier, l’équipe s’intéresse au rôle joué par  une protéine: le TGFβ (Transforming Growth factor beta), produite en grande quantité par les tumeurs. Cette protéine est connue depuis le début des années 1990 pour inhiber très fortement l’action du système immunitaire.
Ils souhaitent ainsi proposer, à terme, des applications précliniques basées sur l’utilisation de cellules du système immunitaire dans  l’élimination de tumeurs.

« Depuis notre arrivée sur le site du CLB, nous avons tissé un lien fort avec la clinique du centre, développant des projets collaboratifs tels que l'analyse de cellules immunitaires dans les tumeurs de patients atteints de cancers ORL. Par ailleurs, nous collaborons étroitement avec le service d'anatomopathologie, ouvrant la voie vers des études immunologiques de grande qualité. L’ensemble de ces échanges marquent une forte volonté de travailler ensemble dans la lutte contre le cancer ».
Plus d’info sur cette équipe : cliquez ici

Equipe Inflammasome et cancer - Direction Virginie Petrilli

 

Ces dernières décennies, la vision classique du développement d’une tumeur considérait que celle-ci était uniquement issue de la prolifération de cellules anormales. Il est clair aujourd’hui que ce processus est beaucoup plus complexe. Certes, des cellules anormales se multiplient pour former la masse tumorale, mais pour achever cet objectif elles ont besoin d’utiliser de nombreux facteurs puisés dans leur environnement. En effet, il apparaît que les cellules tumorales sont capables de détourner le système immunitaire à leur avantage. Dans ce dessein, elles attirent des cellules de la réponse inflammatoire afin que ces dernières produisent des facteurs soutenant leur croissance et leur développement. La réponse inflammatoire est une réponse de notre système immunitaire permettant à notre organisme par exemple de se défendre face à une infection ou de réparer un tissu ayant subi une altération. Or dans ce contexte pathologique qu’est le développement tumoral, il semblerait que cette réponse soit détournée et profiterait donc à la croissance des cellules tumorales.
L’équipe de Virginie Petrilli « Inflammasome et cancer » a été créée en janvier 2012 grâce au programme ATIP-Avenir du CNRS et l’Inserm pour soutenir la mise en place de nouvelles équipes portées par de jeunes chercheurs. Cette équipe de 5 personnes s’intéresse à un nouveau complexe moléculaire de la réponse inflammatoire appelé l’inflammasome. Ce complexe régule des molécules clés de la réponse immunitaire innée et certaines données cliniques indiquent qu’elles sont impliquées dans le développement tumoral. Les travaux de l’équipe ont pour objectif de comprendre au niveau moléculaire et cellulaire le rôle joué par l’inflammasome dans le développement tumoral. A terme, l’équipe souhaite découvrir de nouvelles voies de signalisation favorisant l’émergence des cancers du sein et du poumon pour offrir à la communauté scientifique de nouvelles pistes vers le développement de cibles thérapeutiques.
Plus d’info sur cette équipe : cliquez ici

Les 5 autres équipes de ce département sont basées à la Faculté Rockefeller (Université Claude-Bernard Lyon 1), sur le site Inserm du Cours Albert-Thomas et dans les locaux du Centre hospilalier Lyon Sud :

Equipe Anticorps anticancer (site Faculté Rockefeller), Direction Charles Dumontet - Plus d'info : cliquez ici

Equipe Mécanismes de la pathogénèse de l’hépatite B et C chronique et nouvelles stratégies antivirales (site Inserm Cours Albert Thomas), Direction Fabien Zoulim - Plus d'info : cliquez-ici

Equipe Hépatocarcinogénèse et infection virale (site Inserm Cours Albert Thomas), Co-direction Isabelle Chemin et Philippe Merle - Plus d'info : cliquez-ici

Equipe Epigénétique et épigénomique des carcinomes hépatocellulaires viro-induits (site cours Albert-Thomas) - Direction Massimo Levrero

Modèles cliniques et expérimentaux de la lymphomagenèse (site Centre Hospitalier Lyon Sud) - Direction Gilles Salles et Laurent Genestier

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
cliquez-ici
eskisehir escort balikesir escort